Fernand Allard l’Olivier. De Tournai à Yanonge

Présentation de l’ouvrage

Fernand Allard L’Olivier a eu durant sa vie trois grandes aspirations : voyager, peindre et mettre par écrit ses impressions et ses découvertes comme le font les grands reporters. Il est dans la tradition des peintres voyageurs. Les historiens de l’art le qualifient de « chef de file des africanistes belges » et « le » peintre du Congo, ce Congo que les Belges ne connaissent que par la photographie et le cinéma documentaire en noir et blanc. Il fut le témoin des grands événements du premier tiers du 20e siècle. Et c’est en tant que tel qu’il est victime de l’oubli collectif de ces périodes troublées et polémiques.

Peintre monumental, ses grands ensembles décoratifs sont toujours exposés depuis près d’un siècle au Institute of Tropical Medicine d’Anvers, dans la « Salle Fernand Allard L’Olivier » de la Maison de la Culture de Quaregnon, de la Bibliothèque communale de Mons à Jemappes ou la Villa Léon Allart à Lodz en Pologne.

Juste après sa tragique disparition au Congo en 1933, ses archives familiales et artistiques furent remisées dans une malle au fond d’un grenier. Lors d’un déménagement, elles furent redécouvertes et transmises à Geneviève Allard, la petite-fille de Fernand. Elle a pu ainsi suivre, jour après jour, les voyages artistiques de ce grand-père qu’elle n’a pas connu.

Lettres, impressions de voyages, coupures de presse, catalogues de ventes, photographies familiales et de nombreuses reproductions en noir et blanc que Fernand Allard lui-même a fait réaliser de ses tableaux – certains non encore retrouvés – et des ensembles décoratifs dont celui d’une villa à Paris détruite par la suite. Grâce à ce fond d’archives exceptionnel son œuvre peut s’appréhender de manière incontestable. Il nous faut la redécouvrir et la resituer dans l’histoire.

Peintre renommé, depuis 1900 à Paris jusqu’à sa dernière exposition au Congo en 1933, Fernand Allard L’Olivier ou FALO, – acronyme pour signer certains dessins et peintures –, en une trentaine d’années a produit une quantité non recensée de dessins, croquis, tableaux… Ses œuvres se retrouvent éparpillées dans les musées internationaux, les collections privées et, parfois, il ne reste qu’une petite image de la vente d’une toile.

Cette exceptionnelle monographie regroupant les grandes collections familiales et privées, les ensembles muraux et les œuvres conservées dans les musées, est une première étape vers la difficile élaboration d’un catalogue raisonné et la reconstitution de la mémoire artistique de ce peintre.

Le principal auteur de ce livre est Fernand Allard L’Olivier lui-même. Il écrit de manière remarquable ses impressions de voyages, ses pensées, ses interrogations… FALO nous invite à le suivre dans ses voyages, dans la turbulence artistique de Montmartre, dans l’enfer des tranchées de l’Yser, dans la ferveur de la Pologne, dans les couleurs du Congo où il finit son périple dans le fleuve majestueux.

Fiche technique

  • Ed. Wapica
  • 432 pages
  • Full quadri
  • Coordination éditoriale : Geneviève Allard-Gouinaud et Pierre Peeters
  • Mise en page : Pierre Peeters
  • ISBN : 978-2-87561-038-6
  • Prix de vente : 70 euros
Commander cet ouvrage