La Berlière dans l’histoire européenne

Une convergence d’histoires dans l’histoire européenne

Dès les premiers siècles, les missionnaires commencent l’évangélisation de nos contrées. Parmi eux, le frère Amand qui fondera une abbaye sur la Scarpe, elle deviendra Saint-Amand-en Pévèle. Ses moines auraient assaini les marécages, défriché les forêts de ce qui deviendra un domaine sous les noms d’Hultheim, Houtem et finalement Houtaing. En 847, le petit village d’Houtaing appartenait donc à l’abbaye de Saint-Amand.

A la mort de Charlemagne en 814, c’est le début d’une période de troubles. En 872 apparaît pour la première fois la mention « Hultheim » lors du transfert des reliques de saint Quirin.

La fille de Baudouin IX citera la première « le château de La Berlière ». En 1251, l’abbaye fera une donation à Wautier, évêque de Tournai. En 1337, l’histoire se poursuit avec la Maison de Bourgogne et Michel Ier seigneur et baron de Ligne du nom du village proche d’Houtaing. La Berlière fait partie de ses propriétés. Dans l’église paroissiale du village la lame funéraire du baron Jean II de Ligne (1442) est encore visible. Son descendant, le baron Antoine Ier, dit « le grand diable », cèdera le domaine aux Saint-Genois en 1511. Les châteaux de Belœil et d’Antoing sont toujours des propriétés des descendants de cette grande famille qui a marqué l’histoire européenne.

Nicolas de Saint-Genois, seigneur de La Berlière, décède en 1573 et sa lame funéraire est encore visible dans l’église d’Houtaing. Les Saint-Genois sont des féaux, fidèles serviteurs de la Maison d’Espagne.

François de Saint-Genois vendra La Berlière en 1643 à Jacques d’Ennetières. Le premier château et le parc se dessinent, mais subissent le passage destructeur des troupes françaises de Louis XIV. Philippe-François d’Ennetières reçoit de Madrid le titre de « Marquis d’Ennetières et des Mottes ». Le nouveau château est construit fin 17e siècle. Nous entrons sous le régime autrichien, le 9e baron de La Berlière, Balthasar d’Ennetières en est un fidèle serviteur. En 1789, les révolutionnaires français vont détruire le château. Malgré la Terreur de 1793, le château sera reconstruit sur les plans de l’architecte tournaisien Antoine-Joseph Payen l’ancien.

Marie-Rose, l’unique fille de Frédéric-François d’Ennetières, épouse, en 1843, le comte Octave d’Oultremont de Duras. Leur fils Adhémar d’Oultremont de Duras (1845-1910) épouse, en 1880, la princesse Klémentine von Croÿ. La jeune princesse Clémentine décèdera à 36 ans. Le comte d’Oultremont fera ériger un mausolée à sa mémoire.

Depuis des siècles, l’Europe se construit avec ces familles de haute noblesse comme les Ennetières, Duras, d’Oultremont, Trazegnies, Ligne, de Croÿ… Mais nous entrons dans l’ère industrielle du 19e siècle.

En 1909, le comte d’Oultremont vend une grande partie des forêts, plus de 110 ha, à l’industriel Rosier.

Après le décès du comte Adhémar (1910), ses deux fils Emmanuel et Rodolphe vendent, en 1912, le domaine à Eugène Motte-Duthoit, grand industriel français, député maire de Roubaix, qui a développé ses usines jusqu’à Moscou. Préservé durant la Première Guerre mondiale, le château sera dévasté lors de la Seconde en 1940.

En 1947, Eugène Motte se sépare de son château qui sera racheté par la Congrégation des Joséphites pour en faire un collège avec internat réputé pour son enseignement.

« La Berlière » est un « focus » pour comprendre notre histoire. En près de 300 pages, le livre « La Berlière dans l’histoire européenne » va parcourir l’histoire illustrée par celles des grandes familles de la noblesse, du monde industriel et de l’enseignement.

Le synopsis du livre et contributeurs

Tout simplement la ligne du temps avec une recherche approfondie d’une iconographie rare souvent issue des collections, archives et albums de familles. Plusieurs auteurs ont déjà marqué leur participation au projet, ils sont des spécialistes des sujets abordés. On y retrouve : marquis Olivier de Trazegnies (historien), comte Yves d’Oultremont, Cécile Carlier (histoire de l’art), Adrien Dupont (archiviste de la Ville d’Ath et fabricien), Xavier Deflorenne (historien du funéraire) un ou deux auteurs de la famille Motte-Prouvost, le père Guy (collège). En fonction de l’évolution du projet, de nouveaux chapitres pourront être ajoutés.

Les chapitres

1° Première partie : Le décor
A. Un domaine naturel.
B. Quelques moments d’histoire proches de La Berlière

2° Deuxième partie : Les familles propriétaires

Sous la plume d’Olivier de Trazegnies
A. Maison Ligne
B. Les Saint Genois
C. Maison d’Ennetières : grand bâtisseur du château
D. Maison d’Oultremont

Autres plumes
E. La comtesse Clémentine d’Oultremont, princesse de Croÿ – Le Mausolée
F. La Noble Confrérie de la Nef et le retable néogothique de Chièvres
G. Les Rosier de Moustier – Thieulain – Frasnes qui vont acquérir la moitié du domaine
H. Les Motte avec principalement Eugène Motte, grand industriel roubaisien
I. Les Joséphites actuel propriétaire, pour un collège.

3° Annexe
La vie de château
Concours images et mots pour les étudiants de dernière année. Les dix lauréats seront repris dans le livre
Le petit patrimoine du village.
L’inventaire numérisé de l’église d’Houtaing

Vous pouvez soutenir le projet en intégrant le Cercle de Mécènes Sium Berula qui a été fondé pour financer ce projet. Son initiatrice, Béatrice Roucour, se tient à votre disposition pour plus de renseignements Par mail : beatriceroucour@gmail.com

Fiche technique

  • Editions Wapica asbl, collection Cultura Memoria
  • Format fermé 320 x 245 mm
  • 272 pages, 170 g/m2 – avec près de 300 photos
  • Impression full quadri
  • Couverture cartonnée, plastifiée mate anti-griffe
  • conception : Pierre Peeters
  • Mise en page : Pierre Peeters
  • ISBN : 978-2-87561-000 0
  • Prix de la prévente : 70 € jusqu’au lancement de la souscription en novembre 2024. En mai, le prix de vente sera de 85 €.
Commander cet ouvrage Retour à la collection [/col] [/row]